Liens rapides
Liens rapides Refermer
Refermer

Où souhaitez-vous
partager cette page?

Partager
Histoire Jeannine Gauthier

Histoire

Notre municipalité que les gens nomment Saint-Thomas s’appelait, jusqu’au 26 août 1953, St-Thomas de North-Jersey.

Formée d’un territoire détaché de Sainte-Élisabeth, la paroisse de Saint-Thomas s’est agrandie grâce à des annexions successives. Une concession entière, « La Grande Chaloupe sud » et plusieurs lots de Sainte-Élisabeth se sont rajoutés à Saint-Thomas en 1853, 1903 et 1906. De plus, quelques concessions de Lanoraie ont été annexées à la paroisse dont : « Le Coteau Jaune » en 1849, la « Petite Chaloupe » en 1850 et la concession du « Lac Rhomer » en 1906. Les propriétaires des lots 75 à 106 du rang Saint-Charles, appartenant à Saint-Paul de Lavaltrie, ont demandé à se joindre à Saint-Thomas et leur demande a été acceptée officiellement le 11 avril 1907. Sauf quelques lots cédés à Lavaltrie en 1980, le territoire est demeuré pratiquement le même depuis 1907.

Ce territoire couvre une superficie totale de 97.3 km carrés. Saint-Thomas est situé à 60 km de Montréal, à 8 km de Joliette et à 19 km de Berthierville.

La paroisse, érigée en municipalité le premier juillet 1845, est bornée au nord par Sainte-Élisabeth, au nord-est et à l’est par Sainte-Geneviève-de-Berthier, au sud par Lavaltrie, au sud-ouest par Saint-Paul et à l’ouest par Joliette et Notre-Dame-des-Prairies.

Pour les Lanaudois, et même pour l’ensemble de la population québécoise, Saint-Thomas évoque spontanément l’image d’une municipalité marquée par la culture du tabac. Si cette image paraît familière à la plupart des gens, c’est bien signe de son importance. Le sol sablonneux de Saint-Thomas est en effet propice à la culture intensive du tabac jaune qui domine l’économie locale pendant des décennies. Se présentant comme un territoire vaste et diversifié, la municipalité se démarque encore du reste de la région par la variété de ses cultures et de ses initiatives locales.

À partir des années 1980, les producteurs de Saint-Thomas se tournent vers la culture intensive de la pomme de terre et s’intéressent à l’agrotourisme, nouvel outil de développement économique. Les cultures qui y sont développées depuis ces dernières années font appel tant à la mécanisation qu’au travail manuel de cueilleurs attentionnés et expérimentés. Devant une telle variété de produits, allant de la cerise de terre à l’asperge, à l’oignon et à une multitude de petits fruits, la municipalité voit poindre, au fil des ans, des aménagements touristiques variés qui font aujourd’hui sa renommée et lui assurent un avenir prometteur.

Source
« Histoire de St-Thomas 1837-1987 », de Mme Jacqueline Plante Harnois et Saint-Thomas « D’hier à aujourd’hui 175 ans d’histoire », de M. Denis Gravel

Pour en savoir plus sur la municipalité, nous vous invitons à lire le livre « Histoire de St-Thomas 1837-1987 », de Mme Jacqueline Plante Harnois, et celui « D’hier à aujourd’hui 175 ans d’histoire », de M. Denis Gravel, que vous retrouverez à la bibliothèque Jacqueline-Plante.